Huile de nigelle & mycose : efficacité & danger

La nigelle présente de nombreux bienfaits pour la peau et peut traiter diverses affections dermatologiques grâce à ses propriétés antifongiques, antibactériennes, anti-inflammatoires et cicatrisantes.

Une mycose est une infection dûe à des champignons microscopiques. Ces derniers peuvent être divers : Candida albicans, dermatophytes, levures… L’huile de nigelle a justement démontré son efficacité sur les dermatophytes.

Le miel de nigelle, quant à lui, améliore les symptômes de la candidose vulvo-vaginale lorsqu’il est appliqué localement.

L’huile de nigelle pour lutter contre les champignons 

Huile de habba sawda : un antifongique puissant 

Une mycose est une infection induite par des champignons microscopiques. Or, il se trouve que l’huile de nigelle a démontré ses propriétés antifongiques, c’est-à-dire sa capacité à traiter efficacement les infections fongiques, et notamment celles provoquées par des dermatophytes. 

Les dermatophytes sont des champignons qui nécessitent de la kératine pour leur développement et doivent donc vivre sur la couche cornée, les poils ou les ongles.

La thymoquinone, une huile essentielle contenue dans les graines de nigelle, a un pouvoir antifongique puissant. Cette activité inhibitrice des champignons a été testée lors d’un essai, sur 8 espèces de dermatophytes, dont 4 espèces de Trichophytons.[1]

Les résultats démontrent le potentiel du cumin noir en tant que source de médicaments antidermatophytes et soutiennent son utilisation dans la médecine populaire pour le traitement des infections fongiques de la peau.

Huile de cumin noir : l’alliée des huiles essentielles anti-mycoses

Par ailleurs, certaines huiles essentielles sont appropriées pour lutter contre les mycoses.

L’huile végétale de nigelle est certainement la plus adaptée pour diluer ces huiles essentielles, du fait de son activité antifongique. De plus, elle favorisera la réparation des tissus abîmés par l’infection, grâce à son pouvoir cicatrisant

Voici la liste des huiles essentielles réputées pour leurs vertus antifongiques, à utiliser en synergie avec l’huile de habba sawda : 

  • HE de Palmarosa ;
  • HE de Lemongrass ;
  • HE d’arbre à thé (Tea Tree) ;
  • HE de Laurier Noble ;
  • HE de Lavande aspic ;
  • HE de Litsée citronnée ;
  • HE de Sauge officinale.

À noter : bien choisir son huile a une importance capitale dans l’efficacité d’un traitement naturel. Une première pression à froid des graines de nigelle et un processus rigoureux de fabrication, de conditionnement et de stockage sont essentiels pour préserver tous les principes actifs de l’huile. 

Puisque le pouvoir antifongique de l’huile de nigelle réside dans son huile essentielle, il semble également judicieux de privilégier une huile fortement concentrée en thymoquinone pour lutter contre une mycose. C’est le cas de l’huile habachia ou huile d’Ethiopie.

Le miel de nigelle pour traiter la mycose vulvo-vaginale

Comme nous l’expliquions plus haut, une mycose est une infection provoquée par des champignons, souvent due à une espèce de Candida, d’où son autre appellation : la candidose. La candidose peut atteindre la peau, les ongles ou les muqueuses du vagin ou de la bouche. 

La mycose vaginale est une infection gynécologique fréquente qui provoque une irritation, des pertes et des démangeaisons intenses au niveau du vagin et de la vulve. Le clotrimazole est un antimycosique utilisé couramment dans le traitement de cette infection.

Un essai clinique s’est donc attaché à comparer le clotrimazole avec le miel de nigelle pour traiter la candidose vulvovaginale. [2] En effet, le miel de nigelle présente de nombreux bienfaits, dont des propriétés antifongiques et antibactériennes.

Cet essai a été mené sur 84 femmes non enceintes âgées de 18 à 49 ans. Les patientes ont été réparties aléatoirement en 2 groupes après confirmation du diagnostic de mycose vulvovaginale par culture fongique. Les signes et symptômes cliniques et les tests de laboratoire ont été enregistrés au départ et 6 à 10 jours après le traitement.

Traitement :  une application locale de crème vaginale au miel ou de clotrimazole tous les soirs, pendant 7 nuits.

La crème vaginale au miel de nigelle a été préparée dans le laboratoire de pharmacie de l’école de médecine de Téhéran avec 30 % de miel et 3 % d’extrait de nigelle.

Résultats : Après le traitement (en application locale), la sécrétion, la rougeur, la démangeaison et la culture fongique se sont améliorées dans les deux groupes (miel et clotrimazole). Dans cet essai, aucune patiente n’a présenté d’effets secondaires spécifiques au traitement.

Conclusion de l’étude : Les résultats de cette étude montrent que le miel de nigelle améliore de manière significative les symptômes de la mycose vulvovaginale. L’étude conclut que l’application du miel à la nigelle peut être considérée comme une thérapie complémentaire dans le traitement de cette mycose.

Sources et références

[1]https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15908151/ 

[2] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/36276860/

4.8/5 - (6 votes)

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Panier
Retour en haut