L'huile de nigelle est-elle efficace contre la toux ?

L’huile de nigelle est-elle efficace contre la toux ?

L’action de l’huile de nigelle sur les voies respiratoires a été maintes fois évoquée, notamment en cas d’infections, d’allergies ou d’asthme. Ainsi, l’on est en droit de se demander si elle est également efficace contre la toux ! Cette question, plusieurs chercheurs se la sont posée en étudiant, pas exactement l’huile, mais des extraits aqueux, macérés et de graines bouillies de Nigella sativa.

Les essais, menés sur des cobayes, visaient à comparer l’effet antitussif de la habba sawda avec celui de la codéine. Cette molécule, appartenant à la famille des opiacés, se trouve dans la plupart des sirops anti-toux sèche et analgésiques du commerce.  

Aussi, découvrons ensemble si la nigelle possède bel et bien une propriété antitussive !

L’effet antitussif de la nigelle comparé à la codéine 

Le contexte

En Iran, le département de physiologie de l’Université des sciences médicales de Mashhad s’est proposé de comparer l’effet antitussif de Nigella Sativa avec la codéine chez le cochon d’Inde. [1]

Le contexte de cette étude soulignait que plusieurs effets thérapeutiques relatifs à la respiration avaient été attribués aux graines de nigelle, dont l’effet anti-asthme et anti-essoufflement (dyspnée). 

En effet, le cumin noir présente un grand intérêt pour les personnes souffrant d’allergies respiratoires ou d’asthme, car il contient de la nigellone et de la thymoquinone. Ces huiles essentielles ont un effet antihistaminique et bronchodilatateur. Ils luttent contre les réactions allergiques en inhibant la libération d’histamine et dilatent les bronches pour faciliter la respiration. [2]

Pour en savoir plus : Quelle efficacité de l’huile de nigelle sur l’allergie au pollen ?

La méthode 

L’étude cherchait donc à évaluer l’effet anti-toux de la nigelle. Pour ce faire, les chercheurs ont préparé des aérosols de deux concentrations différentes contenant des extraits aqueux et macérés de nigelle ainsi qu’un extrait de graines bouillies concentré. Par ailleurs, des aérosols de codéine et de solution saline (témoin) ont également été testés. 

Les cobayes ont été préalablement exposés à des aérosols d’acide citrique (une substance irritante). Les toux produites 10 minutes après l’exposition à l’acide citrique ont été dénombrées. 

L’effet antitussif de la nigelle a été observé par voie intrapéritonéale. C’est-à-dire, dans la membrane qui tapisse les parois intérieures de l’abdomen.

Les résultats

L’activité antitussive de la thymoquinone, le principe actif majeur de la nigelle, a donc été évaluée par injection.  Les injections de thymoquinone et de codéine ont toutes deux 

réduit le nombre de toux chez les animaux. Les résultats ont montré une réduction significative du nombre de toux obtenues en présence des deux concentrations d’extraits aqueux et macérés, d’extrait de graines bouillies et de codéine. 

Le nombre de toux induites en présence de concentrations plus élevées d’extraits aqueux et macérés était également significativement inférieur à celui des concentrations plus faibles. Il n’y avait pas de différence significative entre le nombre de toux obtenues en présence de tous les extraits et celui de la codéine.

En d’autres termes, les résultats de l’expérience ont indiqué que l’effet antitussif de la nigelle était comparable à celui de la codéine.

Ils ont aussi suggéré que la thymoquinone, l’huile essentielle de la nigelle, possédait bel et bien un pouvoir anti-toux, probablement par l’intermédiaire des récepteurs opioïdes.[3]

La nigelle comme anti-toux du Covid-19

Une revue dirigée par Naina Mohamed Pakkir Maideen aux Emirats Arabes Unis a étudié le potentiel de Nigella sativa pour traiter les patients atteints de COVID-19, car plusieurs études antérieures avaient démontré ses propriétés : 

  • antivirales ;
  • antioxydantes ;
  • anti-inflammatoires ;
  • anticoagulantes ;
  • immunomodulatrices ;
  • bronchodilatatrices ;
  • antihistaminiques ;
  • antitussives ;
  • antipyrétiques et analgésiques.[4]

Elle visait donc à associer les propriétés démontrées de la nigelle aux signes et symptômes du COVID-19. Elle conclut d’ailleurs que « N. sativa pourrait être utilisée comme une thérapie adjuvante avec des médicaments conventionnels repurposés pour gérer les patients atteints de COVID-19. »

Une partie de cette revue était consacrée à discuter des propriétés antitussives de la nigelle, en la comparant à la codéine et à une solution saline témoin. Le nombre de toux produites chez les animaux exposés à N. sativa et à la codéine était significativement inférieur à celui des animaux traités par une solution saline [5].

La propriété antitussive de la thymoquinone de N. sativa a également été évaluée chez des cobayes dont la toux a été induite par l’aérosol de 20% d’acide citrique et elle a été comparée à la codéine. Les injections intrapéritonéales (dans l’abdomen) de thymoquinone et de codéine ont réduit le nombre de toux de manière significative. 

Pour comprendre le mode de fonctionnement de la thymoquinone, les cobayes ont ensuite été prétraités avec de la naloxone. Il s’agit d’un antidote spécifique aux opioïdes. L’effet anti-toux de la thymoquinone et de la codéine a été inhibé. 

Cela indique que la thymoquinone exerce une activité antitussive par ses effets anti-inflammatoires et bronchodilatateurs médiés probablement par les récepteurs opioïdes.[6]

La habba sawda, une alternative aux sirops contre la toux ? 

Les résultats des études mentionnées précédemment indiquent une activité similaire de la nigelle en comparaison avec la codéine. Toutefois, ces dernières ne portaient pas sur l’huile de nigelle à proprement parler, mais sur son huile essentielle : la thymoquinone. 

La plupart des sirops contre la toux disponibles sur le marché contiennent de la codéine, or cette molécule est connue pour avoir de nombreux effets secondaires, et non des moindres. 

Constipation, nausée, vomissement, problèmes gastro-intestinaux, euphorie, troubles du sommeil, dépression respiratoire ( plus fréquente chez les enfants), somnolence, hypotension et même dépendance. En effet, la codéine est une substance addictive, tout comme la morphine. Notons qu’aux Etats-Unis, les sirops codéinés sont strictement contre-indiqués aux enfants.  

Ainsi, la nigelle pourrait être une alternative moins dangereuse pour combattre la toux sèche. Néanmoins, des essais cliniques randomisés in situ manquent encore pour confirmer que la nigelle est efficace contre la toux chez l’Homme, et pas seulement chez les cochons d’Inde ! 

Pour connaître toutes ses vertus thérapeutiques : Les bienfaits de l’huile de nigelle

Sources et références 

 [1] https://ijms.sums.ac.ir/article_40194.html 

[2] CHAKRAVARTY, N. (1993). Inhibition of histamine release from mast cells by nigellone. Annals of Allergy , 70 (3), pp. 237-242.

PUBLICATION : KANTER, M., COSKUN, O., & UYSAL, H. (2006). The antioxidativ and antihistaminic effect of Nigella sativa and its major constituent, thymoquinone, on ethanol-induced gastric mucosal damage. Arch Toxicol , 80, 217-224.

[3] https://pharmacologyonline.silae.it/files/archives/2008/vol2/45_Hossein.pdf 

[4] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7338708/

[5] Boskabady MH, Kiani S, Jandaghi P, Ziaei T, Zarei A. Antitussive effect of Nigella sativa in guinea pigs. Pakistan Journal of Medical Sciences. 2004;20:224–8. [Google Scholar]

[6]  Hosseinzadeh H, Eskandari M, Ziaee T. Antitussive effect of thymoquinone, a constituent of Nigella sativa seeds, in guinea pigs. Pharmacologyonline. 2008;2:480–4. [Google Scholar]

4.7/5 - (7 votes)

A propos de l'auteur

Panier
Retour en haut